23E90B61-201B-49C8-BC95-FD2ACA808205

Sardaigne: Historique

LA PRÉHISTOIRE

Les premiers habitants de la Sardaigne sont arrivés dans la région environ 3000 ans avant la naissance du Christ. Leur lieu d’origine n’est pas connu avec précision, mais il est connu que d’abord ils ont vécu dans les grottes des montagnes, puis un groupe d’entre eux ont commencé à construire des villages en maisons de pierre. Les premiers témoignages de ces populations sont des tombes creusées dans les grottes ou dans les falaises calcaires. Ce sont de petites cavités que les Sardes appellent domus de janas, les maisons du do.

CIVILISATION NURAGIQUE EN SARDAIGNE

Autour de 1500 avant JC, à l’âge du bronze, la civilisation nuraghe a prospéré sur l’île, tel que défini par le nom des bâtiments typiques construits en grand nombre par ces populations. Les nuraghes sont de grandes tours de pierre, de véritables forteresses où, à cette époque, vivait la tribu principale et autour de laquelle se trouvait le village. Actuellement, en Sardaigne, il y a plus de 7000 nuraghes, mais il y en a probablement encore autant à découvrir. L’un des plus grands est “la forteresse de Barumini”, situé dans la province de Cagliari, dans l’un des complexes archéologiques les plus intéressants de l’île. Les populations nuragiques se sont surtout consacrées au pastoralisme et au combat.

DOMINATION CARTAGINALE EN SARDAIGNE

Entre le neuvième et le huitième siècle avant notre ère les Phéniciens venant de Carthage, ville forte et riche de la côte africaine, ont débarqué sur les côtes de la Sardaigne. Après des luttes dures et amères, les Phéniciens ont pu conquérir la partie sud de l’île, où ils ont fondé plusieurs villes comme Nora, Caralis (aujourd’hui Cagliari) et Sulcis (maintenant Antiochus rue). Les Phéniciens contribuèrent au développement de l’île: ils cultivèrent de grandes étendues de blé dans le Campidano, exploitèrent les mines, créèrent des bassins de sel, enseignèrent aux Sardes la navigation, le commerce, l’écriture.

DOMINATION ROMAINE EN SARDAIGNE

La longue domination romaine en Sardaigne a commencé en 215 av. et a duré environ 700 ans. Les Romains ont réussi à occuper tout le territoire de l’île, construit des routes et fondé quelques centres dans l’intérieur. A cette époque, la ville la plus importante était sur la côte et c’était Turris Libisonis, aujourd’hui Porto Torres. De ses quais, des navires chargés de céréales partaient régulièrement pour Rome afin de répondre à tous les besoins de la capitale. Une curiosité: une trace profonde de la présence romaine se retrouve encore dans le dialecte sarde, puisque ce langage d’origines très anciennes a été préservé comme le latin parlé dans l’antiquité. Cela a été possible parce que la Sardaigne est une île, et les îles conservent leurs traditions plus longtemps, car les contacts avec d’autres régions sont plus difficiles.

LA DOMINATION BYZANTINIENNE EN SARDAIGNE

Vers le milieu du 5ème siècle AD, la péninsule a été envahie par les peuples barbares. En dépit de sa position isolée, même la Sardaigne n’a pas échappé à ce sort: en fait, les Vandales l’ont conquis, eux-mêmes menés par les Byzantins au VIIe siècle. Ce fut un très mauvais moment pour les habitants de la région. En effet, les Byzantins arrivés sur l’île ont pris possession de ses richesses, quel que soit l’état d’oppression de ses habitants. En même temps, les pirates sarrasins dominaient les mers de la Sardaigne, pillant souvent les villages de la côte. Les Sardes ont finalement réussi à surmonter cette terrible situation en donnant vie aux Judicats, des territoires semblables aux «municipalités libres», qui se gouvernaient en pleine autonomie.

DOMINATION ESPAGNOLE EN SARDAIGNE ESPAGNOL DOMINATION

Au XIIIe siècle, la Sardaigne est tombée sous la domination espagnole, qui a duré jusqu’au XVIIIe siècle. Avec la présence des Espagnols l’île a connu la féodalité et a été le dernier pays en Europe à voir le territoire réorganisé en petits États, appelés fiefs, administrés par un noble. L’économie féodale, affirmée tardivement, est restée pendant longtemps l’économie dominante de l’île, provoquant le retard général de la Sardaigne par rapport aux autres régions italiennes qui ont réussi à se développer plus tôt. Même aujourd’hui, il est possible de remarquer les signes de l’art gothique-catalan sur les façades des églises, des palais et des bâtiments militaires, un héritage direct de la colonisation espagnole.

LES DERNIÈRES VICINES DANS SARDEGNAL DERNIÈRE VICENCE

En 1718, la Sardaigne passe sous le contrôle de la famille Savoy qui règne déjà dans le Piémont. Au cours des cent années de leur gouvernement, la Savoie effectué vers des travaux publics, y compris la remise en état qui se éloigna pendant un certain temps de Sardaigne spectre du paludisme, une maladie qui se transmet par la piqûre d’un moustique qui vit dans des zones où l’eau stagne. Le roi Charles Albert de Savoie a aboli le régime féodal et a divisé la terre des domaines entre les habitants de la Sardaigne et les municipalités. En 1861, l’île est devenue une partie du Royaume d’Italie. En général, son histoire, la situation économique et l’Etat insulaire lui-même ont créé sure le territoire sarde différents problèmes administratifs. C’est pourquoi, en 1948, la Sardaigne est devenue une «région autonome dotée d’un statut spécial», dont les pouvoirs locaux sont dotés d’une large autonomie afin de mieux résoudre les problèmes internes les plus urgents.

 

%d blogueurs aiment cette page :